Ma solitude "entourée"


Aujourd’hui, je viens vous partager mon histoire.

Oui l’histoire de ma solitude.

Aînée d’une famille de 4 enfants avec des parents pas assez présents, j’ai grandi avec une famille chrétienne et active. Je vis ma première solitude à l’âge de 14 ans. Je vis ma vraie première solitude, une solitude entourée.

Je me sentais exclue alors qu’il n’y avait aucune raison de l’être; mais je vivais chaque jour ce sentiment d’être seule malgré que j’étais entourée de mes frères.


Je ressentais bizarrement le besoin d’être seule, d’être à l’écart et ce sentiment au début me procurait une paix.

Je me retrouvais avec moi-même et j’aimais ça au début… Mais, avec les années, cette solitude, cette bulle que je m’étais créée, se referma contre moi-même. Je devins quelqu’un de froid, de pas très accessible, alors que j’étais de nature joviale et amusante dans le fond.

Cette première solitude m'a fait sombrer dans des addictions qui, peu à peu, ont détruit mon âme, mon corps et mes pensées…

Je me forçais alors de m’en sortir, de chercher de l’aide sans succès, jusqu’au jour où je devais quitter ma famille pour continuer mes études ailleurs. C’était le coup qui m’enfonça encore plus dans cette solitude.

Cette fois-ci, une solitude assez lourde entre le regret de ne pas avoir vécu les belles années de ma vie en famille et le fait de me retrouver seule dans un environnement totalement différent.

Alors là, j’ai sombré dans une solitude profonde qui me conduisit dans un cycle de dépression pendant plus de 2 ans.

Je me détacha peu à peu de tout. J’ai crée une bulle loin de tout…


J'avais une illusion de bonheur dans le fait d'être loin de tout, avec moi-même. Mais chaque jour, j'étais de plus en plus brisée…

La douleur que je ressentais à ce moment-là était que personne n’avait jamais su venir vers moi pour savoir pourquoi j’étais aussi distante, aussi éloignée et aussi seule. J’ai frôlé le suicide...

Un jour, de façon assez inattendue, j’ai senti qu'il fallait que je sorte de ce cycle. J'ai enfin pris la décision de quitter ce cercle vicieux et d’affronter la vie.

La solitude était mon moyen de défense parce que j’avais peu confiance en moi. La solitude était ma zone de confort car je n’avais pas le courage d’oser autre chose que ce que je savais déjà par peur de l’échec et du rejet. Peut être que vous traversez ce moment où vous avez l’impression d’être seul au monde, de voir les personnes s’éloigner de vous, de n’avoir peut être personne à qui parler.

Ces moments sont douloureux et difficiles à affronter mais je vous prie de trouver la force de ne pas attendre d'être dans le noir complet et d’aller vers quelqu’un qui vous inspire de la confiance.

La vie est belle et sachez que nous ne sommes jamais seuls car le Seigneur nous a fait cette promesse qu’il sera toujours avec nous et cela chaque jour jusqu’à la fin.

Article rédigé par Ephraïm, rédactrice Lvdr.