Un type de souffrance énigmatique: la dépression.


La dépression est une maladie qui se caractérise par une difficulté à agir et à se décider.

Cette lenteur et l’épuisement qui l’accompagne peuvent laisser une impression de manque de volonté ou même de paresse chez certaines personnes. Pourtant, une personne dépressive est réellement dans l’incapacité d’assumer certaines tâches et "secouer" cette personne dans le but qu’elle s’active et se prenne en charge, ne ferait qu’aggraver son sentiment de culpabilité et d’impuissance.


Quels sont précisément les symptômes de l’état dépressif?

Selon plusieurs chercheurs, le principal symptôme de la dépression est la tristesse.

Celle-ci reflète un profond désespoir, un dégoût de la vie. Cette tristesse est accompagnée d’une perte de plaisir, d’une diminution de toutes les sensations, une vision de l’existence très angoissante et douloureuse, un désintérêt pour l’environnement.

En outre, la personne souffrant de dépression se dévalorise et se considère comme un poids pour la société en général et pour son entourage en particulier.

À ces symptômes, viennent s’ajouter des troubles intellectuels. Plus précisément, il s’agit de difficultés à se concentrer, d’un ralentissement de la pensée et d’une diminution de l’agilité intellectuelle.

Physiquement, la dépression se manifeste par une fatigue intense, une sensation d’épuisement dès le matin, une difficulté à démarrer des activités ainsi qu’un ralentissement des mouvements. Des troubles du sommeil et de l’appétit sont également présents.

En effet, le sommeil est souvent coupé et l’appétit est le plus souvent diminué, entraînant un amaigrissement important.

Parfois, c’est l’inverse qui se produit : le déprimé va beaucoup dormir et manger davantage, entraînant alors une prise de poids importante.

Enfin, la majorité des personnes dépressives sont angoissées. Cette angoisse peut se manifester par une agitation, des palpitations, des troubles digestifs, des tremblements, des douleurs, des sueurs.


Tous ces symptômes conduisent progressivement le dépressif vers l’isolement social.


En effet, la personne souffrant de dépression a tendance à se réfugier dans ses ruminations et ne s’intéresse plus au monde environnant, n’a plus de loisirs, ne veut plus sortir.

Parfois, la fatigue, le manque d’envie, la difficulté à prendre des décisions empêche la personne dépressive d’accomplir des gestes quotidiens tels que se laver, s’habiller, préparer le repas, faire le ménage...


Mais quelles sont les causes de la dépression?

Il n’y a pas de causes bien déterminées de l’état dépressif.

La dépression résulte de l’interaction de multiples facteurs d’ordre psychologique, biologique et social.

L’effondrement psychique général dans lequel se trouve la personne déprimée reste un mal mystérieux et place celle-ci dans un état d’impuissance, vécu avec douleur et culpabilité.





Inspiré des travaux de Bernard Granger.


Que dit la Bible au sujet de la dépression?

Je crois que le livre de Job est celui qui fait état de manière profonde et complète de cette souffrance qu'on peut vivre tant émotionnellement que physiquement.

Dieu a permis à l'ennemi de nos âmes d'éprouver Job car celui-ci disait que Job était intègre à cause du bonheur qu'il vivait.

Selon le diable, la foi de Job ne serait pas gratuite ni désintéressée. Sauf que Job est resté intègre.

Dans ce tourbillon de douleur, il y a l'entourage, les amis de Job qui viennent pour le consoler.

L'une des clés pour vous aider à sortir de cet état dépressif, c'est d'être bien entouré et d'avoir des amis qui viennent vers vous.

Mais, il ne suffit pas de venir vers l'autre, il faut être à l'écoute et ne point porter de jugement.


Ces amis vont tenter de le convaincre qu'au moment de sa souffrance, il doit parler de Dieu d'une autre manière. Il doit reconnaitre que sa souffrance est méritée et que c'est Dieu qui l'a voulu car il est juste et bon.

C'est alors que les amis de Job avec Job lui-même s'engage dans un long dialogue ou le mal de Job devient alors un mal entendu.

En présence des paroles de ses amis, Job n'aurait-il pas mieux fait de se taire?

Le silence n'est-il pas le seul langage possible et non répréhensible face à celui qui souffre injustement?

L'histoire de Job montre bien que NON. Certes, le silence peut être éloquent, mais il peut témoigner d'une démission rapide de son état face aux proches.


Le dialogue peut effectivement être pris ici comme une sorte de thérapie.

Souvent, nous optons plus facilement pour le silence car nous n'avons peut être pas les bons mots pour qualifier ce qu'on ressent.

J'aimerais encourager une personne, qui passe par des périodes de dépressions, à ne pas s'isoler et à ne pas garder sa bouche fermée. C'est facile à dire, je sais ! Mais ce n'est pas impossible.

Il n'y a rien de bon à faire semblant d'aller bien quand ce n'est pas le cas:
  • Il ne faut pas attendre que les autres lisent entre les lignes.

  • Il ne faut pas attendre que les autres devinent votre état par des signes.

Même si vos paroles sembleront quelques peu maladroites, je vous encourage vivement à dire à vos proches:

"je me sens mal, je crois que je suis dépressive."

Ensuite, je vous invite à consulter un médecin pour bien confirmer que c'est vraiment une dépression. Il fera un diagnostic complet et pourra vous apporter son aide ainsi que tous ceux qui travaillent dans le domaine.


Aussi, j'encourage toutes les personnes qui le souhaitent à lire toute l'histoire de Job dans la Bible, pour comprendre les différentes étapes de la souffrance qu'il a vécu et des différents dialogues tenus avec ses amis et avec Dieu.


Dieu a finit par honorer Job de sa présence cependant sous une forme interrogative (Job 38). Au moment où Job avait renoncé à toute restauration, il fait de nouveau l'expérience du Dieu de grâce et de liberté qui lui rend le double de ce qu'il avait perdu.

La restauration de l'âme passe par plusieurs étapes et l'une des plus importantes est la connexion avec Dieu. La présence de Dieu a la capacité de régénérer l'âme et de la sortir du trou noir dans lequel elle se trouve.

Si vous avez vécu une période de dépression et que vous avez pu la surmonter ou que vous êtes sur le chemin de la guérison, je vous invite à partager votre témoignage (de façon anonyme ou pas) en m'écrivant directement par mail ou via les messages privés sur Instagram.

Le témoignage a cette puissance qui peut libérer et fortifier d'autres personnes.


Bon début de semaine, que Dieu vous bénisse !


Article rédigé par Saphy, Fondatrice LVDR